[chatbot]

Articles populaires

Derniers articles

Les secrets du cerveau doué

Dans le vaste univers de la neurologie, le cerveau doué, ou cerveau HPI (Haut Potentiel Intellectuel), demeure une énigme fascinante pour les chercheurs et les éducateurs. Avec une capacité cognitive hors norme, ces cerveaux se distinguent par leur fonctionnement unique. Dans cet article, nous plongeons au cœur des secrets du cerveau doué, explorant les récentes découvertes grâce à l’IRMf et leurs implications pour l’éducation et la pédagogie. Que vous soyez un professionnel de l’éducation, un parent ou simplement curieux de comprendre les mécanismes des esprits brillants, cette exploration vous offrira des insights précieux.

Un article publié en décembre 2004 par Brock Eide et Fernette Eide apporte des nombreux éléments sur le fonctionnement neuronal des HPI. Disparu de la toile en 2017, je le reproduis ici :

« L’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle du cerveau (IRMf) apporte de nouveaux éléments passionnants à notre compréhension du mode de pensée des personnes douées. La première chose que l’on remarque en regardant les IRMf des groupes de surdoués, c’est qu’ils ont l’air d’avoir un cerveau en feu. Des taches rouge vif d’activité métabolique élevée apparaissent sur l’ensemble de l’image. Chaque tache rouge représente des millions de microcombustions au cours desquelles le glucose est métabolisé pour alimenter le cerveau en activité. Les cerveaux surdoués sont des métaboliseurs remarquablement intenses et diffus.

Mais les découvertes étonnantes ne s’arrêtent pas là. L’orchestration de l’activité est planifiée et complexe, et semble nécessiter la coordination de diverses zones visuelles, spatiales, verbales et sensorielles du cerveau. Les penseurs doués sont rarement des penseurs à mode unique. Ils sont plutôt de grands organisateurs d’informations diverses et multimodales. Pour les enseignants et les parents de jeunes penseurs doués, nous commençons à comprendre pourquoi certains jeunes penseurs doués vont mal et pourquoi l’organisation devrait être un aspect essentiel de l’éducation des surdoués.

Il existe de nombreuses preuves que les enfants doués font preuve d’une activation et d’une sensibilité sensorielles accrues. Les cerveaux des enfants doués sont essentiellement « hyper-sensibles » et peuvent être rendus encore plus sensibles par l’entraînement. Non seulement les impressions initiales sont particulièrement fortes, mais les souvenirs ultérieurs sont souvent d’une intensité ou d’une vivacité inhabituelle.

Comme les impressions initiales vives sont en corrélation avec un meilleur souvenir, les cerveaux surdoués se caractérisent également par une efficacité et une capacité de mémorisation accrues. Ces souvenirs sont non seulement particulièrement intenses et durables, mais ils sont aussi fréquemment caractérisés par la multimodalité, impliquant des zones de mémoire qui stockent de nombreux types de souvenirs différents, tels que des associations personnelles, différentes modalités sensorielles comme la couleur, le son, l’odeur ou les images visuelles, ou encore des impressions verbales ou factuelles.

Cette multimodalité signifie que les penseurs doués établissent souvent des liens comme les autres ne le font pas. Ils ont souvent des aptitudes particulières pour la pensée associative (y compris l’analogie et la métaphore) et pour les compétences analytiques ou organisationnelles (qui permettent de comprendre et de systématiser les diverses associations).

Un grand fond de connaissances

Grâce à ces caractéristiques cérébrales particulières, les penseurs doués bénéficient généralement d’avantages tels qu’une perception plus vive, une mémoire prodigieuse, un plus grand fonds de connaissances, des associations plus fréquentes et plus variées, et une plus grande capacité d’analyse. Toutefois, ces mêmes caractéristiques neurologiques comportent un certain nombre d’inconvénients potentiels, notamment une surcharge sensorielle, émotionnelle et mémorielle, une hypersensibilité sensorielle, une désorganisation personnelle, une distractibilité sensorielle, un retard de traitement dû à une « paralysie de l’analyse » (ou le fait de se « perdre dans ses pensées » en raison d’un nombre excessif d’options) et une fatigue mentale.

Le cerveau doué a besoin de la « pensée créative d’entreprise » pour garder son équilibre

boy in gray jacket reading book

L’une des clés du maintien de cet équilibre approprié se trouve à l’avant du cerveau des penseurs doués. Cet équilibre peut être atteint grâce à une interaction coordonnée des lobes droit et gauche dans ce que nous appelons la « pensée créative d’entreprise ».

La pensée créative d’entreprise consiste en un partenariat entre le président-directeur général (PDG), à gauche, et le directeur de la créativité, à droite. L’interaction entre ces deux entités est ce « numéro d’équilibriste d’entreprise » entre le « Costume » ou le PDG à gauche qui se concentre sur les objectifs et leur donne la priorité, élabore les détails et met en œuvre les stratégies, et le « Talent » ou le directeur de la créativité à droite qui rêve, combine les idées, les sensations et les images, génère des approches alternatives et s’oriente vers le « Big Picture » (vue d’ensemble).

Chacune de ces fonctions possède sa propre « culture d’entreprise », avec son style et son langage uniques, et chacune est essentielle au bon fonctionnement de l’entreprise. La clé d’une réflexion optimale est le maintien d’une communication et d’une coopération productives entre les deux parties. Cette coopération est essentielle quelle que soit la tâche. Même les compétences apparemment « analytiques », comme les mathématiques, impliquent d’énormes quantités d’imagination, de rêve et d’association ; et même les compétences apparemment « abstraites et créatives », comme la peinture ou la sculpture, impliquent d’énormes quantités de planification détaillée.

Quelles sont les implications sur la pédagogie ?

Ces découvertes sur les cerveaux doués ont un certain nombre d’implications pour l’enseignement aux enfants doués. Tout d’abord, en raison de leur sensibilité accrue, les enfants doués ont tendance à apprendre avec moins de répétitions et à avoir besoin de moins d’explications en classe, bien qu’il soit important de se rappeler que leur sensibilité peut être spécifique à une modalité (c’est-à-dire auditive, visuelle, kinesthésique) plutôt que générale. Une sensibilité accrue se traduit aussi souvent par une distractibilité accrue, et les enfants surdoués peuvent parfois être soupçonnés de souffrir de TDAH pour cette raison.

Acquérir la base de connaissances standard devrait occuper moins de place dans le programme d’études plutôt que d’en occuper davantage

Cependant, il est important de se rappeler que chez les enfants doués, la « distractibilité » s’accompagne souvent d’une grande persévérance, et même si leur attention semble souvent errer, tant qu’elle revient à la tâche à accomplir et que le travail est fait, cela ne doit pas être considéré comme un obstacle.

En fait, il existe de nombreuses preuves que cette « distractibilité » est l’une des racines de la créativité. En revanche, une sensibilité accrue qui entraîne des difficultés d’apprentissage, que ce soit en raison d’une distractibilité aux signaux visuels, auditifs, tactiles ou autres, est un problème réel qui nécessite une évaluation et un traitement.

L’apprentissage fortuit

Deuxièmement, en raison de leur mémoire accrue, les enfants doués ont besoin de moins de révisions et arrivent en classe avec plus de connaissances extérieures que les autres enfants. Ils acquièrent souvent des connaissances par « apprentissage fortuit », c’est-à-dire par des bribes d’informations entendues, aperçues ou observées en dehors de leur éducation formelle.

En raison de leur sensibilité et de leur mémoire accrues, ces enfants sont comme du « papier tue-mouches cognitif » en ce sens qu’ils saisissent et retiennent les idées et les informations avec beaucoup plus d’avidité que leurs camarades. Trop souvent, cette facilité à acquérir des informations a été interprétée comme un signe que l’éducation des enfants doués devait consister à leur « remplir le cerveau » de grandes quantités d’informations.

Les élèves doués ont besoin de plus de temps pour la rumination et la réflexion.

Or, c’est exactement le contraire qui est vrai. Étant donné que les élèves doués sont capables, avec beaucoup moins d’efforts, d’acquérir la base de connaissances standard, l’acquisition d’informations devrait en fait occuper moins de place dans le programme d’études plutôt que d’en occuper davantage. Plutôt que de se contenter d’acquérir davantage de faits, ces élèves devraient utiliser le temps supplémentaire dont ils disposent pour apprendre à penser comme des experts. Ils sont déjà riches en informations – ils n’ont pas besoin d’une plus grande largesse de faits. Ce dont ils ont besoin, c’est d’apprendre à faire avec ce qu’ils ont déjà.

Acquérir des méthodes de traitement de l’information

Enfin, nous pensons qu’une plus grande proportion de l’éducation des enfants doués devrait être consacrée à l’apprentissage de l’organisation et du traitement de l’information. Les enfants doués ont un besoin crucial de comprendre la nature de leur pensée, de comprendre la qualité de leur information et de comprendre l’utilisation de l’information.

Par « comprendre la nature de la pensée », nous entendons le type de formation métacognitive (ou « réflexion sur la pensée ») qui permettrait aux enfants doués de mieux diriger et gérer leur propre pensée. Cette formation leur permettrait de comprendre la nature de la mémoire, du traitement sensoriel, de l’organisation mentale et des styles d’apprentissage, et les doterait d’une connaissance des stratégies mnémotechniques, organisationnelles, interpersonnelles et autres stratégies de résolution de problèmes.

comprendre son enfant

Cette formation leur permettrait d’aborder des problèmes spécifiques et l’apprentissage en général avec les meilleures chances de succès. Les élèves doués ont besoin de plus de temps pour la rumination et la réflexion, pour revenir à un modèle d’éducation classique dans lequel quelques ressources sont étudiées en profondeur et font l’objet d’une réflexion approfondie, plutôt que d’être immergés dans un flot d’informations dont ils ne sont jamais autorisés à explorer les profondeurs.

Par « comprendre la nature de l’information », nous entendons doter les étudiants de la capacité d’évaluer la qualité ou le statut d’une information en tant que connaissance. Avec la disponibilité croissante d’informations en quantités écrasantes sur Internet, il est particulièrement important que les étudiants soient capables d’évaluer de manière indépendante la qualité et la fiabilité de l’information.

Ils doivent être capables de poser les bonnes questions sur l’information et d’évaluer les réponses qu’ils reçoivent. Ils doivent être capables de reconnaître quand quelque chose est prouvé ou non, quels types d’informations comptent comme des connaissances et lesquels seulement comme des opinions, quels types de questions peuvent recevoir des réponses définitives et lesquelles seulement des réponses provisoires.

Il faut leur montrer comment les connaissances sont acquises et validées dans le monde réel, quelle est la nature réelle de l’expertise dans différents domaines et comment ils peuvent jouer un rôle dans l’avancement des connaissances. De cette manière, ils se rendront compte que la connaissance est un processus dynamique plutôt qu’un dépôt statique d’informations.

Les étudiants doivent rechercher les utilisations instrumentales ou pratiques des informations ainsi que leur valeur rationnelle. Contrairement à la manière abstraite et anhistorique dont des matières comme les mathématiques et les sciences sont souvent enseignées, les enfants doivent apprendre que la société a progressé en tentant de répondre à des questions qui avaient une valeur pratique pour une communauté, plutôt qu’en cherchant à acquérir des connaissances « pour elles-mêmes ».

Développer la « neuro-rhétorique »

Enfin, nous recommandons de former les élèves doués à une discipline que nous avons appelée « neuro-rhétorique », c’est-à-dire de leur apprendre à comprendre la structure et le pouvoir des arguments, et la manière dont ils influencent ce que nous savons. L’amélioration de la conscience que les étudiants ont de leurs propres processus de pensée et de raisonnement – et de la nature de l’information elle-même – les préparera idéalement à devenir des leaders productifs dans notre ère de l’information, mais leur permettra également de prendre leur place en tant que participants plutôt que simples observateurs dans le processus séculaire de recherche et d’avancement des connaissances. »

Brock et Fernette Eide sont médecins et consultants auprès d’un large éventail de groupes de parents, d’enseignants et de cliniciens à la recherche d’informations sur l’apprentissage et les solutions basées sur le cerveau. Ensemble, ils ont écrit plus de 50 articles et interviennent dans le monde entier pour des conférences, des séminaires et des petits groupes. Les Eides publient une lettre d’information gratuite sur le neuro-apprentissage et peuvent être contactés sur leur site web à l’adresse suivante : www.neurolearning.com ou par courrier électronique à l’adresse suivante : feide@u.washington.edu ou drseide@neurolearning.com.

Vous avez apprécié cet article ?
Rencontrons-nous pour parler de votre situation.

Partagez cet article

Envie de lire davantage ?

1 réflexion sur “Les secrets du cerveau doué”

  1. Ping : Les HPI ont besoin de s’isoler pour bien réfléchir - incluZive

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous cherchez des experts pour répondre à vos préoccupations ?

Retour en haut