[chatbot]

Articles populaires

Derniers articles

Les mythes sur les enfants HPI ont la peau dure.

Le sujet du haut potentiel intellectuel vit une existence mouvementée en France. De nombreux mythes continuent à circuler. De mois en mois, sous la houlette des médias mainstreams, les cahots se succèdent pour qui voudrait mieux comprendre ce profil cognitif pourtant connu depuis la Grèce Antique. Entre les études scientifiques qui étudient les enfants HPI comme des rats de laboratoire et ceux qui tentent de fournir des réponses pragmatiques à des situations de désintérêt pour l’école et d’isolement psychologique au milieu de charlatans, il est presque impossible de se faire une opinion équilibrée facilement.

Dans ce contexte, de nombreux mythes ont fleuri sur les enfants HPI. Je reproduis ci-dessous un texte publié en 2017 par une association américaine : GRO – Gifted Research and Outreach. Il liste les myths les plus installés sur l’éducation et la scolarité des HPI. Vous retrouverez plusieurs arguments utilisés par les enseignants et les établissements scolaires pour répondre aux parents qui les questionnent sur l’adaptation pédagogique pour leurs enfants à haut potentiel.

Clarifier les mythes courants sur les enfants doués

Les élèves doués n’ont pas besoin d’aide ; ils se débrouilleront très bien tout seuls
Enverriez-vous un athlète de haut niveau s’entraîner pour les Jeux olympiques sans entraîneur ? Les élèves doués ont besoin d’être guidés par des enseignants bien formés qui les stimulent et les soutiennent afin de développer pleinement leurs capacités. De nombreux élèves doués sont tellement en avance sur leurs camarades du même âge qu’ils connaissent plus de la moitié du programme scolaire avant le début de l’année scolaire. Comparez cela au fait de devoir rester assis patiemment pendant quatre mois avant d’apprendre quoi que ce soit d’autre que de rester assis sans bouger ! L’ennui et la frustration qui en résultent peuvent conduire à des résultats médiocres, au découragement ou à des habitudes de travail malsaines. Voire un burn-out scolaire pour certains. Le rôle de l’enseignant est essentiel pour repérer et développer les talents à l’école.

Les enseignants stimulent tous les élèves, les enfants doués se débrouilleront donc très bien dans une classe normale.
Bien que les enseignants s’efforcent de stimuler tous les élèves, ils ne connaissent souvent pas les besoins des enfants surdoués et ne savent pas comment les aider au mieux dans la classe. En France, il n’existe pas de programme de formation spécifique au sein de l’Education Nationale pour les enseignants à propos du HPI. La majorité des enseignants n’ont donc aucune formation pour travailler avec des élèves doués. Même les enseignants qui ont une formation et une passion pour les élèves doués ne peuvent pas répondre aux besoins de 30 élèves lorsque les classes sont construites de manière à ce que chaque classe représente tout l’éventail des capacités.

diligent small girl drawing on paper in light living room at home
Photo par Andrea Piacquadio sur Pexels.com

Les élèves doués rendent tous les autres élèves de la classe plus intelligents en leur offrant un modèle ou un défi.
En réalité, les élèves moyens ou inférieurs à la moyenne ne considèrent pas les élèves doués de la classe comme des modèles. Ils sont plus enclins à modeler leur comportement sur ceux qui ont des capacités similaires et qui s’en sortent bien à l’école. Le fait de voir un élève ayant un niveau de performance similaire réussir motive les élèves car cela renforce leur propre sentiment de capacité. Regarder ou s’appuyer sur quelqu’un qui réussit régulièrement ne contribue guère à accroître la confiance en soi d’un élève en difficulté. De même, les élèves doués tirent profit des interactions en classe avec des camarades ayant un niveau de performance similaire.

Tous les enfants sont doués.
Tous les enfants ont des points forts et des qualités, mais tous ne sont pas doués au sens éducatif du terme. Dans un contexte scolaire, le terme « surdoué » signifie que, par rapport aux autres enfants de son âge ou de sa classe, un enfant a une capacité avancée d’apprendre et d’appliquer ce qu’il a appris dans une ou plusieurs matières, ou dans les arts de la scène ou les beaux-arts. Cette capacité avancée nécessite des modifications du programme scolaire normal pour s’assurer que ces enfants sont stimulés et qu’ils apprennent de nouvelles matières. Le terme « doué » ne signifie pas « bon » ou « meilleur » ; il permet aux élèves d’être identifiés pour bénéficier de services qui répondent à leurs besoins d’apprentissage uniques.

Les sauts de classe sont socialement néfastes pour les élèves doués
Les élèves doués sur le plan académique s’ennuient souvent ou ne se sentent pas à leur place parmi leurs camarades d’âge et se tournent naturellement vers des élèves plus âgés qui leur ressemblent davantage en tant que « pairs intellectuels ». Des études ont montré que de nombreux élèves sont plus heureux avec des élèves plus âgés qui partagent leurs intérêts qu’avec des enfants du même âge. Par conséquent, les options d’accélération telles que l’entrée anticipée en maternelle, le saut de classe ou la sortie anticipée doivent être envisagées pour ces élèves. De nombreuses ressources sont à la disposition des administrateurs et des parents pour les aider à prendre la décision de mettre en place des programmes accélérés.

Il ne peut pas être surdoué, il a de mauvaises notes
La sous-performance est un écart entre les résultats d’un élève et ses capacités réelles. Les causes de ce problème varient en fonction des expériences de chaque enfant. Les élèves doués peuvent s’ennuyer ou se sentir frustrés dans une salle de classe peu stimulante, ce qui les amène à se désintéresser, à prendre de mauvaises habitudes d’étude ou à se méfier de l’environnement scolaire. D’autres élèves peuvent masquer leurs capacités pour essayer de s’intégrer socialement avec leurs camarades du même âge. Quelle qu’en soit la cause, il est impératif qu’un adulte attentif et perspicace aide les élèves doués à briser le cycle de la sous-performance afin de réaliser leur plein potentiel.

Les élèves doués sont heureux, populaires et bien adaptés à l’école
De nombreux élèves doués s’épanouissent dans leur communauté et leur environnement scolaire. Cependant, certains enfants surdoués se distinguent par leur intensité émotionnelle et morale, leur sensibilité aux attentes et aux sentiments, leur perfectionnisme et leurs préoccupations profondes à l’égard des problèmes de société. D’autres ne partagent pas leurs intérêts avec leurs camarades de classe, ce qui les isole ou les fait passer pour des « intellos ». En raison de ces difficultés, l’expérience scolaire est une expérience à subir plutôt qu’à célébrer. On estime que 20 à 25 % des enfants doués ont des difficultés sociales et émotionnelles, soit environ deux fois plus que la population générale des élèves.

Cet enfant ne peut pas être doué, il a un handicap
Certains élèves doués présentent également des difficultés d’apprentissage ou d’autres handicaps. Ces élèves « doublement exceptionnels » passent souvent inaperçus dans les classes ordinaires parce que leur handicap et leurs dons se masquent l’un l’autre, ce qui les fait paraître « moyens ». D’autres élèves doublement exceptionnels sont identifiés comme ayant un trouble de l’apprentissage et, par conséquent, ne sont pas pris en considération pour des services de douance. Dans les deux cas, il est important de se concentrer sur les capacités de l’élève et de lui permettre de suivre un programme d’études stimulant tout en bénéficiant d’une aide pour son trouble de l’apprentissage.

La mise en œuvre des meilleures pratiques pour les programmes destinés aux élèves doués est très peu coûteuse, voire gratuite.

L’éducation des enfants doués nécessite d’abondantes ressources
Proposer des services d’éducation pour les enfants doués ne doit pas nécessairement faire exploser la banque. Un programme d’éducation pour surdoués entièrement développé peut sembler impressionnant par sa portée et sa complexité. Cependant, pour mettre en place un tel programme, il suffit que les personnels reconnaissent que les élèves doués ont besoin de quelque chose de différent, qu’il s’engage à fournir un programme et un enseignement appropriés et qu’il forme les enseignants à l’identification et aux stratégies d’éducation pour les élèves doués. La mise en œuvre des meilleures pratiques pour les programmes destinés aux élèves doués est très peu coûteuse, voire gratuite. De plus, les écoles étant de plus en plus à l’affût des nouvelles technologies, l’utilisation des ressources en ligne est presque transparente.

Les termes « doué » et « talentueux » signifient la même chose
Pas nécessairement. Aucune règle ne stipule qu’un enfant capable d’obtenir des résultats dans les quatre-vingt-dix premiers centiles d’un test d’évaluation de groupe doit être considéré comme surdoué. Nous devons nous rappeler que les tests de réussite sont des « tests de niveau ». Un tel enfant est sans aucun doute doué sur le plan académique. Mais il faut procéder à des tests de QI individualisés et à des tests académiques hors niveau avant de pouvoir définir cet enfant comme « surdoué ». Par ailleurs, aucune règle ne stipule qu’un enfant identifié comme surdoué doit atteindre un niveau élevé en classe. Ce type de stéréotype peut causer des dommages graves et irréversibles aux deux groupes. N’IMPORTE QUEL enfant peut bénéficier d’un enrichissement. Les enfants doués sur le plan académique peuvent bénéficier d’un enseignement plus approfondi. Les enfants intellectuellement doués ont besoin d’un programme différencié et peut-être même d’un environnement différent ou d’une accélération de scolarité.

Ils ont besoin d’aller à l’école avec des enfants de leur âge
S’il est vrai que les enfants ont besoin de jouer et d’interagir socialement avec d’autres enfants, ils n’ont pas nécessairement besoin d’apprendre avec d’autres enfants de leur âge, en particulier dans le cas d’un enfant très doué qui peut avoir un âge chrono-biologique de six ans, un âge mental de 10 ans et qui lit depuis l’âge de deux ans. Placer cet enfant dans une classe de lecture avec d’autres enfants de six ans qui apprennent tout juste à lire est une véritable torture pour lui.

boy in gray jacket reading book
Photo par Maël BALLAND sur Pexels.com

La douance est une chose à jalouser
Le plus souvent, les enfants doués peuvent se sentir isolés et incompris. Ils ont souvent des centres d’intérêt différents de ceux des autres enfants de leur âge, et parfois même des goûts d’adultes en matière de musique, de vêtements, de lecture et de nourriture. Ces différences peuvent amener les autres enfants à les éviter, voire à les agresser verbalement ou physiquement. Même lorsque ces différences n’entraînent pas de réactions négatives de la part des camarades de leur âge, le fait de ne pas avoir d’autres personnes avec qui partager leurs intérêts peut éroder leur sentiment d’estime de soi et d’appartenance. Si le fait d’avoir un haut potentiel présente des avantages réels et merveilleux, comme la plupart des choses dans la vie, il y a un revers à la médaille.

Il n’est pas nécessaire d’identifier les élèves doués dans les premières années scolaires
Peu d’enfants doués sont détectés au sein de l’école. Certains éducateurs pensent que la douance ne peut pas être correctement identifiée dans les premières années scolaires. Cependant, le décalage entre leurs capacités de compréhension et les programmes officiels apparaissent dès la maternelle, souvent en Moyenne Section. La question centrale de la lecture et de l’écriture doivent inciter les enseignants à se questionner davantage sur la présence du HPI.

Les élèves doués forment un groupe homogène, tous très performants
L’une des caractéristiques des enfants surdoués est que leur développement est asynchrone. Les enfants surdoués sont aussi différents les uns des autres que des autres élèves. Pour de nombreuses raisons : motivation, ennui, difficultés d’apprentissage, etc. Les enfants surdoués n’obtiennent pas toujours de bons résultats en classe.

Les élèves surdoués ont moins de problèmes que les autres parce que leur intelligence et leurs aptitudes leur assurent en quelque sorte une vie enchantée
Un développement asynchrone, combiné à des traits innés d’intensité et au sentiment de ne jamais être à sa place, peut rendre la vie des élèves doués très difficile à certains moments. Parce que les surdoués sont capables de voir des choses que les autres ne voient pas ou dont ils ne se préoccupent pas, leur expérience intérieure peut être tumultueuse. Parfois, ces conflits intérieurs s’expriment par des comportements indésirables qui n’ont pas de sens pour l’entourage de l’élève.

Les enfants doués sont faciles à élever et constituent un atout pour toute classe
Élever et enseigner à des enfants doués est à la fois une joie et un défi. La nature asynchrone des enfants surdoués fait que les adultes qui les entourent sont confrontés à plusieurs âges à la fois. Combinée à l’intensité innée qui accompagne la douance, l’éducation et l’enseignement des enfants surdoués constituent un défi permanent pour les enseignants comme pour les parents.

Références scientifiques :
Developing Gifted and Talented Education Program: The Malaysian Experience
Exceptionally Gifted Children: Long-Term Outcomes of Academic Acceleration and Nonacceleration
Parents of the Extraordinarily Gifted

Vous avez apprécié cet article ?
Rencontrons-nous pour parler de votre situation.

Partagez cet article

Envie de lire davantage ?

1 réflexion sur “Les mythes sur les enfants HPI ont la peau dure.”

  1. Ping : 30 conseils pour éduquer un enfant HPI - incluZive

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous cherchez des experts pour répondre à vos préoccupations ?

Retour en haut